bastards logo v2-1 HD

[News] Pause de Connards.

Je suis désolé, sincèrement.

Le fait est que je suis à sec. Vidé. Je n’arrive pas à écrire les scénars des prochains épisodes.

Quand, comme Gee et moi, on cumule les projets, interventions, créations et la vie… Parfois on entre en mode « sous-production ». Si j’arrive à produire un piti texte par jour, si je parviens  à régler 3 papiers administratifs (alors qu’en général j’avoine sur ces trucs #likeabastard) ; je peux m’estimer heureux.

Je sais bien que de votre côté, les connards ont pris des vacances et devraient donc être reposés, frais et dispos. Mais le fait est que pendant ces vacances je n’ai pas arrêté. Que j’ai enchainé 4 mois d’écritures, conférences, tournages, déménagement, émissions radio, webmastering… Et que là je me prends le contre coup.

Alors voilà, on se fait un nouveau break. On prend le temps de vous écrire de belles choses, probablement en rapport avec la future campagne de FramaSoft… J’espère que cela ne prendra pas plus d’une quinzaine, et qu’on pourra vous revenir bon pied bon œil début octobre, mais le fait est que je n’en ai pas la moindre foutue idée… ;)

Gee (qui ces dernières semaines, prenait du temps sur l’écriture de sa thèse pour me rappeler de lui envoyer les épisodes à venir… tant je ramais !) se joint à moi pour vous faire des poutoux de Connards.

Pouhiou.

Proposer une Bastardise aux auteurs

Si toi aussi tu te sens l’âme d’un connard ou d’une connasse, et que tu as envie d’inspirer aux auteurs de ce graphic novel une Bastardise de ton cru… fais-nous en part dans les commentaires !

Répandre cette bastardise :

16 – Être la source et l’océan [les banques, 3/∞]

Plus que jamais, cet épisode est libre ET inspiré de faits réels. N’hésitez pas à vous en servir pour parler de certains sujets à certaines personnes.

Un bon connard se doit d’acquérir une certaine humilité face à l’Histoire. En toute modestie, les Bastards-pionniers dont je fais partie n’ont fait que formaliser, sublimer et professionnaliser les techniques des connards de génie qui nous ont précédés. Les banques sont la parfaite illustration de cette admirable propension de l’Homme à créer une horlogerie minutieuse et implacable pour mieux broyer ses congénères. De simples dépositaires de notre argent, ces institutions sont parvenues à en devenir le récipiendaire principal… mais surtout la source.

16a

Continue reading

Répandre cette bastardise :

15 – Frais de livraison du client à lui-même [les banques, 2/∞]

Cet épisode est un épisode Bonus réalisé grâce à vos dons ! Merci à Mooshka, Mathias, Luc et Guilhem pour leur générosité. Et merci à Bambou 3113 pour l’idée ayant initié cet épisode.

Que l’on ne se méprenne pas sur le cours précédent… Donner à la banque un visage humain n’est qu’un effet de manches. Il ne s’agit nullement d’y ajouter les bras, le corps, le cœur et de se mettre à avoir le portefeuille sur la main. Néanmoins, si un établissement financier parvient à passer – pour vos yeux de consommateur – pour un proche, rien n’oblige à ce que ce soit un proche que vous appréciez… Pensez à votre famille : des gens redoutablement humains, dont la compagnie vous manque jusqu’à ce que le prochain mariage vous rappelle pourquoi vous ne vous voyez pas plus souvent.

15a

Continue reading

Répandre cette bastardise :

14 – La mauvaise réputation [les banques, 1/∞]

Voici le premier épisode d’une série sur les banques. C’est un tel vivier à bastardises qu’il est impossible de dire combien d’épisodes nous leur consacrerons, ni de citer toutes les personnes qui nous en ont parlé… Mais merci à vous pour l’inspiration..

L’on pourrait croire que le concept d’image de marque est une invention de connards destinée à drainer l’argent des entreprises vers des agences de com aux méthodes aussi chaotiques que celles d’un souffleur de verre atteint de hoquet. Et c’est en effet le cas. Il n’empêche que le fait est avéré : si votre entreprise jouit d’une bonne réputation, tous les narratifs qu’elle va proposer seront acceptés et donc rentables. Car on ne vend pas un produit ou un service : on vend un narratif. Cette assertion est parfaitement illustrée par le cas des banques.

14a

Continue reading

Répandre cette bastardise :

bastards logo v2-1 HD

[News] Une conférence de Connards gesticulants.

Vous l’attendiez, la voilà !

Conçue comme un cours d’introduction à notre MOOC, voici noter conférence gesticulée sur les Bastards, enregistrée le 8 juillet dernier aux RMLL de montpellier…

Continue reading

Répandre cette bastardise :

[News] Des vacances de Connards

On se repose

Pas d’article aujourd’hui ni dans deux semaines : les connards se prennent un repos bien mérité… Après les RMLL et notre redoutable MasterClass (un vrai sketch d’une demi heure de connards qu’on espère bien réitérer dès que vous nous en donnerez l’occasion ^^) ; on se déconnecte et se ressource le temps de vous offrir de nouvelles bastardises !

master class

Continue reading

Répandre cette bastardise :

[News] Une Master Classe de Connards

Une news en avance

L’article de mercredi paraît exceptionnellement ce samedi… parce qu’on veut vous inviter à un cours magistral en Bastarderie que l’on va donner très vite…

Continue reading

Répandre cette bastardise :

13 – Les lieux communs hostiles

Nous dédions cet épisode à toutes les personnes qui nous ont signalé en masse leur indignation en découvrant les tapis de piques anti-SDF. Merci à Geoffrey Dorne pour cet article ; ainsi qu’à MadMoizelle pour celui-là. Go #TeamFakir.

J’aime les SDF… Les mendiantes, clochards, prostituées et autres indigents à la rue sont, pour le connard professionnel, des éléments essentiels de nos villes. Ils sont l’apologue veillant à effrayer le bas peuple, le cautionary tale de notre société de consommation. Un conte dont la morale est simple : si tu ne te soumets pas au devoir de produire et consommer, tu finiras dans des guenilles démodées assis sur un trottoir à faire des fautes au marqueur sur ton bout de carton. La peur, l’inconfort et la gêne qu’ils vous instillent ne servent pas seulement à vous faire entrer dans le rang. Elles vous poussent, en sus, à produire d’autant plus, montrer que vous méritez de vivre et de consommer en pressant le pas pour vous donner l’air affairé, important.

13a

Continue reading

Répandre cette bastardise :

12 – Le yaourt putassier (2/2)

Concevoir un yaourt suffisamment pénible pour qu’il marque le client et le rende faussement addict est une chose. Une chose importante. Le vendre, c’est-à-dire amener le client à acheter sa première dose en s’identifiant à la came, en est une autre tout aussi essentielle. Malheureusement, votre commanditaire va, une fois encore, avoir son avis sur la question. Ne lui en voulez pas, c’est son rôle : il se doit de vous exposer sa médiocrité… Sans cela, comment lui démontrer que son intelligence réside dans le fait d’engager un connard professionnel pour penser à sa place ? C’est ainsi que j’eus un nouveau rendez-vous avec les représentants de Neslait.
12a

Continue reading

Répandre cette bastardise :

[News] Un retard de Connards.

Pas d’épisode aujourd’hui

Ben non. Voilà. On pourrait dire qu’on est à fond dans le travail, que Gee sort d’un déménagement et que moi je prépare le mien, mais la vérité est qu’on ne vous aime pas, c’est tout… Pourtant on a plein de choses à se dire !

Continue reading

Répandre cette bastardise :